Quand le stress devient une drogue…

Du Hors-Bord au bateau de plaisance ??

La promenade canine n’est pas un long fleuve tranquille.
Depuis le mois de Mars, 3 fois par semaine, j’ai « ski nautique »… Enfin, je reprend,… 3 fois par semaine, je promène 2 adorables Teckels… à moins que ça soit eux qui me promène… Il y a des jours ou je ne sais plus bien….

Oui, on a beau être éducateur… rien n’est jamais facile ou gagné, et surtout pas la marche en laisse détendue (ha ha !) avec 1 chien autant « dans son trip » comme l’est la petite Hollie

Il y a Heidi, enthousiaste et à fond sur la découverte, qui profite pleinement des promenades, truffe au vent ou au sol… et Hollie, pressée et enthousiaste à l’idée de sortir… qui pour rien au monde ne resterait en arrière à attendre dans le jardin… mais en totale panique une fois à l’extérieur, et qui en réaction, à mis en place la stratégie de tirer et tracter jusqu’à épuisement, complètement dans sa bulle … A tel point que je me suis demandée s’il ne valait pas mieux pour elle ne pas l’emmener en promenade tellement elle n’avait pas l’air d’en profiter…  mais à voir la miss trépigner et aboyer d’impatience, aucun signe de peur ne montrait qu’elle ne voulait pas sortir… bien au contraire !

Hollie, le portail du jardin passé, est arc-boutée sur son train arrière, oreilles basses et collées, cou et museau en avant dans le prolongement d’un corps tendu à l’extrême, la queue plaquée sous le ventre. Tout la fait sursauter et partir de plus belle ventre à terre : un papier qui s’envole, une feuille… ou une mouche, un bruit, un humain à l’horizon, des enfants entendus au loin… choisissant avec force d’opter pour le chemin le plus rapide vers la forêt… Sauf que une fois en forêt, elle ne s’apaise pas ! La queue n’est plus collée au ventre (sauf en cas de mouche, feuille , humains, bruits,… ), mais elle continue de tirer à s’en asphyxier, tout le corps projeté vers cette fuite en avant… Pas de pause pipi/caca – ou exceptionnellement… vite fait.. – pas de snifette des bonnes odeurs de la forêt ou des potentiels sms congénères, pas d’écarts dans les broussailles pour aller voir si l’herbe est plus verte à côté… Non, elle reste sur le chemin… et elle tire, ne pensant plus qu’à cela. Un crève coeur pour moi … une véritable drogue pour elle ! Avant de pouvoir se connecter à moi ou à son entourage, il lui fallait sa dose !

Hollie c’est ça (et encore… ça allait déjà mieux sinon je n’aurais pas pu filmer par risque d’envolée incontrôlée de portable) :

Sous l’effet du stress, le cerveau provoque pour l’affronter une réaction en chaine libérant entre autre cortisol et adrénaline, créant à terme cette situation de dépendance … et de manque si le taux présent dans le sang vient à diminuer. Hollie était littéralement shootée par cette sensation libératoire que lui procurait cet effort de traction, sous l’effet des hormones et de leur effet pervers. 

C’est une situation que l’on retrouve chez ces chiens accros à la baballe, qui ne restent fixés que sur cet unique objet de désir, ou ceux dont la stratégie est de foncer agresser tout ou n’importe quoi en réponse à leur stress… Ils n’écoutent plus, ne répondent plus, ignorent leur environnement … et dans cet état, ne sont pas en capacité d’apprendre, d’écouter ou voir autre chose. Ils restent finalement en situation de stress constant, avides d’avoir leur « shoot » … un peu comme les grands sportifs ou les pratiquants de sports extrêmes qui ne peuvent plus se passer de leurs doses de sensations fortes et d’adrénaline.

Il allait falloir faire une cure de désintoxication ! Dans cet état, elle n’entend rien, ne mange pas, ne joue pas… Ok, elle stoppe parfois à l’ordre pour traverser… mais toujours en bout de longe, sans tourner ou à peine une oreille vers ma voix, petit éclair de lucidité, et repart de plus belle au « on y va ».

Plusieurs tentatives et solutions mises en place : Des stops, des retournements et changements de direction avec douceur et encouragements pour briser son schéma de fuite en avant, variété des lieux et des chemins pris pour la surprendre et proposer d’autres stimulus (par chance ce calme village offre 2 forêts à l’opposé l’une de l’autre, un ensemble de chemins avec verdure et espaces), proposer des alternatives qui lui amèneront du calme, comme lui offrir des pauses « piscine » – le seul truc qui la faisait se poser : le vautrage dans les grosses flaques ou les fossés inondés … ça vous rafraîchit un sportif et remet les idées en place ! – ou comme des activités exploratoires et olfactives (libère de la sérotonine, hormone du bien être, et fatigue plus sainement et efficacement qu’une promenade sous stress… même avec effort physique…) sous forme de petits arrêts forcés avec jeu de « chasse à la saucisse disséminée au sol » , juste pour reprendre son souffle au début – elle finissait par s’assoir en bout de longe… puis petit à petit, par daigner retrouver Heidi, (qui elle adore ce jeu !), retrouvait au flair 2 ou 3 morceaux, venait quémander une gratouille et hop hop, retour en bout de longe, position de sprint « on y va ? »  –  … etc. 

Au fil des promenades, on est passé relativement rapidement de 3/4 d’h de « je tire non stop à m’en étouffer » à « je tire à fond les 15 premières minutes, queue sous le ventre,… et un peu moins après, queue plus détendue, avec de beaux moments ou elle trottait tranquillement, écoutait et cherchait mon regard, … sauf sur les derniers 300m du retour parce que je sais ou je suis et qu’il y a la maison au bout ».. et on stagnait un peu…

Le T Touch est alors venu à notre secours (oui, « notre », moi et Hollie qui reprend son souffle, remercient cet outil ! Et merci au passage à la merveilleuse Robin Hood et au Centre du bien Etre Animal Formation pour avoir organisé ce stage Ô combien enrichissant… et salvateur ! )

Mais Késako le T Touch ?

Utilisée pour les humains comme pour les animaux, c’est une technique développée par Linda Tellington Jones dans les années 1983 (sur les chevaux au départ) qui vise à améliorer l’équilibre mental, physique et émotionnel. 

Cette méthode toute en douceur va agir sur les terminaisons nerveuses de surface, avant d’atteindre les cellules nerveuses plus profondes, aidant ainsi corps et cerveau à faire un « reset » et transmettre de nouvelles informations au système nerveux (pour faire simple…). Différents outils sont utilisés pour permettre de retrouver bien-être et équilibre :

  • De légers touchés, pressions douces, lissages du poil, …  , 
  • Pose de bandes calmantes
  • Autres outils comme les parcours de mobilité, lissage de longe, harnais et tenue de laisse/longe différents, …etc.

L’effet de la pression légère dure plus longtemps. Là encore question d’hormones : Un massage traditionnel plus intense et profond libérera de la cortisol (pas besoin de cela pour Hollie …) alors qu’une pression légère libère de l’ocytocine, hormone du plaisir et de l’attachement. C’est plus un message envoyé au cerveau qu’un massage…

Jour J, Première étape pour Hollie : pose de bandes de corps et de tête.. mais peu à l’aise avec celle de tête, je lui ai très vite enlevée. Cependant, l’effet calmant étant immédiat chez elle, j’ai pu lui faire quelques touchés, tête, oreilles, dos. (même pas bougé… a adoré)

Elle m’offre alors 5 à 10 mn de marche, bien posée dans ses pattes… jusqu’à entendre des enfants au loin … et repartir vers ses anciens démons. Qu’à cela ne tienne, nous terminons la promenade en forêt avec les bandes… que j‘enlève pour la partie retour en ville, car de nouveau trop submergée pour ressentir quoi que ce soit.

J + 2, promenade sans bandes 2 jours après (ah oui, un vrai effet durable !) : Posture transformée… Première fois que je la voie profiter des odeurs ! Le kiff !

Une petite « rechute » le vendredi suivant. début de promenade en forêt cool… mais un gros vent s’étant levé, retour à la traction (Et Heidi aussi tant qu’à faire… tout cet air ça excite !)

Donc lundi, re séance de bandes. …   4 jours après cette 2eme séance  : Ou est passé le Hors bord ? Bienvenue au « bateau de plaisance » !

Et regardez moi ce retour en ville ! Pas tranquille pour un sou… mais reste à l’écoute !

Maintenant, on va pouvoir travailler (un peu) sur les peurs … mais surtout, profiter des promenades !! et ça c’est chouette !!

Merci Heidi et Hollie, mes « p’tites saucisses » préférées, et merci à leurs propriétaires de me faire confiance… même sans savoir ce que l’on pouvait bien fabriquer en promenade toute les 3 😀

Pour en savoir plus sur l’effet de drogue dû au stress : http://www.maad-digital.fr/decryptage/quels-sont-les-liens-entre-stress-et-addiction

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :